Norbert Foulquier sur Maurice Hauriou

Norbert Foulquier sur Maurice Hauriou

Selon Maurice Hauriou, l’État se révélait une « magnifique expérience » car il formait le cadre idéal de la liberté individuelle. Cette conviction déterminait la conception du droit constitutionnel du doyen de Toulouse, comme matériau juridique et comme science. Certes, la liberté pouvait se développer dans le cadre étatique parce que l’organisation juridique de l’État, le droit constitutionnel comme ensemble de normes, offrait des espaces à l’autonomie individuelle. Mais cela ne pouvait perdurer que si le droit constitutionnel comme science concourrait à la pérennité du libéralisme. C’est pourquoi le droit constitutionnel de l’État moderne ne pouvait être que libéral. Ainsi, quand Hauriou affirmait que l’objet de ce droit se réduisait in fine à la protection de la vie privée, il jouait avec les sens de ce mot. Il s’agissait tant des normes constitutionnelles que de l’objectif du légiste. Continuer la lecture de « Norbert Foulquier sur Maurice Hauriou »